Christian Rizzo

Artiste pluridisciplinaire ayant suivi une formation d'art plastique à la Villa Arson à Nice[1] puis, devenu styliste, Christian Rizzo exerce tout d'abord diverses professions à Paris à partir 1985. Il monte un groupe de rock, crée une marque de vêtements, avant de se tourner vers la danse contemporaine, la performance et le théâtre dans les années 1990. Il fonde l'Association Fragile en 1997 et signe depuis une vingtaine de pièces chorégraphiques[1].

Il développe des projets où se mêlent les arts visuels, la danse, la musique, le design et le stylisme et collabore avec de multiples artistes[2], dont Mathilde Monnier, pour laquelle il crée Face Nord et Je ne vois pas la femme cachée dans la forêt. Il collabore aussi avec Jean-Michel Ribes, Mark Tompkins, Georges Appaix, Vera Mantero, Emmanuelle Huynh et Rachid Ouramdane[1]. Il crée Y'là, un solo de 1997, présente Projet-type(s), performance pour vingt participants-hommes dans une vitrine, en collaboration avec le compositeur Gerome Nox en 1998, et il propose Objet dansant n° 1 et Hello Dolly à Lisbonne.

En 2003 il entame une collaboration avec Bruno Chevillon pour .../... (b) rencontre improvisée. Il présente la même année Numéro 13, une performance à la Fondation Cartier, dans le cadre des soirées nomades Odorama, sur le thème des parfums. En 2004, Christian Rizzo réalise la scénographie de l’exposition Le Cas du sac pour l'UCAD et Hermès au musée des arts décoratifs de Paris puis crée une pièce pour le ballet de l'opéra de Lyon intitulée Ni fleurs, ni ford mustang. En 2007, il réalise la scénographie en collaboration avec David Dubois de l'exposition itinérante consacrée aux 20 ans de la maison Christian Lacroix.

Christian Rizzo devient de 2007 à 2012, artiste associé à l'Opéra de Lille avec sa compagnie Association fragile[2]. En 2010, le Théâtre du Capitole de Toulouse lui commande trois mises en scènes pour Erwartung et Pierrot lunaire de Schönberg et La Voix humaine de Francis Poulenc[2].

Il est aussi parallèlement créateur de costumes pour des chorégraphies de Mathilde Monnier, Hervé Robbe, Jean-Marc Eder, Felix Ruckert, Emmanuelle Huynh, Rachid Ouramdane, Vera Mantero, Sylvain Prunenec, Christian Bourigault et Catherine Contour, et de bandes-sons pour certains d'entre eux[2].

Il prendra la direction du Centre Chorégraphique de Montpellier/languedoc-Roussillon à partir de janvier 2015