Eric Hemme

Éric Hemme crée des œuvres contextuelles protéiformes, dans les zones troubles où la fiction saborde le réel, où le réel s’absorbe dans l’imaginaire. 

Pour la pièce présentée dans le cadre de la ZAT#2 Méric, il fait référence à la célèbre dernière scène du film de Michelangelo Antonioni, Blow Up, dans laquelle un groupe de clowns joue une partie de tennis sans  balle ni raquette, sous le regard attentif et stupéfait d’un jeune photographe. 

Éric Hemme radicalise ici la proposition d’Antonioni puisque la partie de tennis est maintenant invisible : tout indice de réalité, hormis le son, a disparu (en anglais, blow off signifie s’évanouir).