La Vaste Entreprise

Créée en 2007 à Montpellier, la compagnie s'est attachée depuis à développer différentes formes artistiques.

Les pistes de travail : - Accorder à l'acteur une place centrale dans le processus de création /// - Nourrir l'imaginaire et vivifier nos interrogations en variant les pratiques artistiques (théâtrales, plastiques, sonores). /// - S'attacher tout particulièrement au rythme du plateau, à sa musicalité, à son graphisme, et à une recherche constante dans l'univers visuel. Développer notre approche picturale du théâtre, et la mettre en rapport avec la dramaturgie et la direction d'acteur (chercher à débusquer les résonances, à faire éclore le sens par l'incongru, le poétique.) /// - S'interroger sur les moyens de contacts entre la création et les publics, en restant attentif à sa place sociale et de proximité (au-delà des mots, qu'est-ce que cela veut dire, au fond, pour nous ?).

Nicolas Heredia
Comédien et metteur en scène, ancien élève du Conservatoire de Montpellier, il a interprété depuis dix ans et avec différentes compagnies, des rôles du répertoire, des textes contemporains et des créations pour le jeune public (Shakespeare, Molière, Anouilh, Goldoni, Musset, Durringer, Suzanne Lebeau ou Nathalie Papin).

Par ailleurs, son travail de metteur en scène se nourrit depuis le départ de son expérience de la photographie et du graphisme. En 2005, il met en scène Le Glossaire de Max Rouquette en s’inspirant des peintures de Botero, et en 2006 Les Amours de Don Perlimplin de Garcia Lorca en se nourrissant des oeuvres de Soulages.
A partir de 2007, il conçoit et développe le projet artistique de La Vaste Entreprise, compagnie installée à Montpellier. La Mastication des morts (oratorio-solo) d'après Patrick Kermann est en tournée depuis 2009. En 2011, il met en scène et interprète L’Augmentation (épopée immobile) de Georges Perec. Il compose également une installation sonore, Les Anonymes-anonymes, autour d’un objet-trouvé : l’album-photo d’une famille anonyme.
L’exploration de l’intime sous-tend l’ensemble de ses projets. Les Vies Argentiques, processus d’interrogation de la mémoire d’un territoire et de ses habitants, confronte un matériau documentaire à un travail spécifique sur l’image, l'installation et la composition sonore.
Avec Marion Coutarel, comédienne et metteur en scène, il développe un projet de rencontre entre théâtre et photographie, Les Escapades photographiques. Une première installation, un "poème visuel", est créé en septembre 2010 : La Maison de mes rêves. D'autres projets des Escapades sont en préparation.
Avec Le Théâtre de la Remise, il joue dans La Dent Creuse, spectacle plastique et gestuel pour l’espace public, et créera pour la saison 11-12 La Maladie de Sachs, d’après Martin Winckler (Domaine d’O - Montpellier, et en tournée dans les collèges).
Avec Lilo Baur (Théâtre de Complicité), il participe à Paris au stage « présence et imaginaire », puis au labo d’exploration des Contes d’hiver de Shakespeare au Théâtre de la Ville (2008).
Il intervient par ailleurs régulièrement depuis 6 ans auprès d’étudiants à Montpellier : il dirige des projets autour de textes de Lagarce, Kermann, Régis Jauffret, de la confrontation entre les textes d'Harold Pinter et les photographies de Martin Parr, ou des créations bâties sur l'improvisation et l'écriture de plateau.
Parallèlement, il est investi depuis trois ans, avec d’autres artistes (comédiens, danseurs, circassiens, auteurs, plasticiens) dans le laboratoire de recherche mis en place au Théâtre de Lattes (Montpellier Agglo) par le Théâtre de la Remise et Grognon Frères. Un entraînement physique, une pratique de l’improvisation, un lieu d’exploration pour vivifier ses propres questionnements, et le confronter à d’autres.