Jordi Gali

Chorégraphe et interprète, Jordi Galí a étudié la danse et la philosophie à l’Université de Barcelone. Il a notamment dansé au sein de la compagnie Maguy Marin.

 

« En tant que danseur, je suis captivé par le geste, le geste « maîtrisé ». Avec le travail sur l’objet, cette recherche s’est davantage affinée dans une direction singulière. Par l’objet, j’explore une relation qui se fait normalement à l’intérieur du danseur. Les tensions, les déséquilibres, le contrepoids, tous ces jeux de poids non quotidiens qui nous permettent de mener une danse sont comme devenus des éléments poétiques et visibles. La première séance de travail de Ciel a eu lieu en Catalogne fin 2009, où j’ai été accueilli par la Nau Coclêa, un lieu de résidences artistiques plutôt destiné aux arts plastiques et à la musique contemporaine. Ce lieu se trouve en milieu rural – des champs autour, un bosquet. Les premiers jours, j’ai trouvé de magnifiques troncs de pin morts – de longs troncs. Éléments qui sont dès lors devenus le point de départ de Ciel.

Aujourd’hui, récupérés, taillés aux branches, accompagnés de 200 mètres de cordes, ils sont devenus mes éléments de jeu. Suite à cela, je me suis retrouvé naturellement en extérieur. Ainsi, une grande construction de 10 ou 12 mètres a commencé à naître, me faisant signe qu’il faudrait présenter Ciel – dehors. À partir de là, l’importance de cette logique m’est devenue évidente : ce travail sera mené dans son ensemble (de la fabrication à la présentation) en dehors des espaces fermés – voire cachés. J’ai donc cherché à faire un spectacle dans un espace ouvert et avec presque rien. Des troncs et des cordes. Un presque rien qui peut faire naître une certaine poésie, qui peut être partagé, vu, par d’autres. Pourquoi ne pas le tenter ? Ciel sera donc une pièce pour la rue. »

 

http://www.jordigali.com